Je tutoie Tellier

Oui, parce que direct, je lui ai demandé « je te tutoie ou je vous vouvoie? ». On est parti sur du « tu » histoire de se mettre à l’aise. Lui plus que moi sur l’à-l’aisomètre, avec quelques Pastis/ bouteilles de champagne d’avance, mais bon, je ne suis pas à 2g d’alcoolémie près.

Sébastien Tellier, c’est le mec qui me fait voir la vie en bleu, faute d’en trouver un qui me la fasse voir en rose. J’ai eu droit à quelques minutes d’interview avec lui il y a quelques jours pour Saywho (à retrouver ici). Avec Tellier, il ne faut pas s’attendre à avoir de réponse aux questions que tu as posé. Mais plutôt à se poser des questions quant aux réponses qu’il te donne. Il suffit de le savoir, et tout se passe bien.

Le bonus mood bored:

– En un mot, ce qui te passionne dans la vie ?
La te-cha. (la chatte, ndlr)

– Ce qui t’emmerde profondément ?
Le sérieux. Le faux sérieux, n’avoir affaire qu’à des gens qui font semblant de savoir faire les choses, le faussement professionnel. On ne s’amuse pas. Je préfère les erreurs que la perfection.

– La question bleue : tu es plutôt « Les mots bleus » (Christophe), « Blue Monday » (New Order) ou « Mamie Blue » (Nicoletta) ?
Sans hésiter, « Les mots bleus ». Déjà, si on écoute bien, dans les cœurs de « Mamie Blue », il y a un mec qui chante hyper faux, c’est dégueulasse. Le bleu ça ne veut rien dire, ce qui compte c’est d’avoir une vision, de l’expliquer aux autres. Moi, j’ai vu ma vision du futur par le bleu, donc tout s’exprime en bleu maintenant, mais libre à chacun de choisir sa couleur: l’ocre, le grenat, le bordeaux…

Publicités