No offense to other colors, but We Love Green

La deuxième édition de We Love Green, c’était ce week-end. Et comme l’année dernière, on a lové en vert et contre tout. Parce qu’en plus des groupes qui vont bien, We Love Green c’est aussi l’occasion de se faire une dernière danse du soleil avant de dire see you later little summer, de faire la belle à Bagatelle, de farnienter avec les copines et de se mettre au vert le temps d’un week end. Tout ce qu’on aime, alors pour la peine, distribution de ♥:

♥ aux tote bags « We Love Green » gentillement offerts par SFR. Parce que ce n’est pas parce qu’on a déjà 14 tote bags qu’un 15e serait de refus. Surtout que le plus beau tote bag de ta collection, c’est toujours le dernier en date.

♥♥ aux stands healthy bo-bio food, trop nombreux pour tous être goutés sans culpabilité calorique, mais trop mignons pour ne pas être cités: l’Épicerie Générale et ses sandwichs sensas’, la Guinguette d’Angèle et ses carrot cakes canons, le bar à tomates à tomber du Prince Jardinier, la Cantine Auguste et ses gentils cantiniers…

♥♥♥ aux tisanes glacées Infusion. En mode addiction. « Obsessed » comme dirait notre ami(e) P’trique. La détox tranquille quoi, oublie le jus de clou de girofle infusé 30 minutes à 85°C miracle de mamie. Là, 4 villes pour 4 goûts, à tous tester pour trouver la sienne/le sien (mes chakras se sont ouverts pour Londres, Pomme-Poire-Bardane-Pissenlit-Origan-Citron vert) et se rapprocher un peu plus d’une sorte de bouddhisme alimentaire /éveil- sagesse-paix intérieure/ à chaque gorgée. Tout l’inverse de ce qui se passe quand tu bois de l’alcool.

Et allez, une ligne de ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥ à la team Pantheone qui a transformé les jeunes filles en fleurs en petits elfes des prés grâce à leurs couronnes féériques. Et qui a permis à 98% de la population féminine du festival de refaire sa profile pic pour la modique somme de 7 euros. Sachant qu’une profile pic reste en place en moyenne 78 jours, ce qui nous fait du 0,089 cts/ jour, que modère une augmentation de 47,8% des likes, à raison de 23 likes pour une photo avec la dite couronne, contre une moyenne de moyenne de 12 likes pour une profile pic sans couronne, soit 11 likes supplémentaires, cela nous fait … Une affaire!!!!

Tout cet amour en photo par ici, dans mon report pour Ten Days in Paris.

« On aime vert » donc, comme dirait les t-shirt sympatoches de Le Musique qu’on a pu croiser ce week-end, on adore même, mais pourquoi donc?

Ben parce que le vert c’est plus qu’une couleur, c’est une cooleur (t’as compris?).
Mais oui, regarde tout ces trucs verts qui sont vraiment supers:

– les grenouilles (faut bien commencer par là)
– le basilic
– le smoothie LNHO de Cojean
– les martiens
– les yeux de Marie Laforêt
– les mecs vraiment balèzes (Hulk, le Géant Vert, Green Lantern…)
– l’absinthe

J’en ai donc profité pour me fendre d’une petite composition de blogueuse d’humeur pelouse sur laquelle on retrouve:
vernis Essie Mint Candy Apple/ bague Forever 21/ jupe American Apparel/ sneakers Urban Outfitters/ smoothie LNHO (ananas-menthe) de chez Cojean, à na pas confondre avec LMFAO les jours de grande fatigue, et quand bien même, on comprendrait de quoi tu parles 🙂

Et alors, toi aussi you love green?

Publicités

A-chat perché

Avis aux catlovers: pour clamer votre amour, que dis-je, votre passion pour la race féline, dites-le avec un sweat.

Il y a d’abord les sweats hallucinants de Sexy Sweaters. Sur ce site, à chaque mood, son sweat. Je vous jure, vous allez vite devenir dingo. Une interprétation du mauvais goût tellement extrême que chaque modèle devient un objet de convoitise. Je vous ai compilé le meilleur des cat-sweaters, vous verrez, c’est comme une virée sous acide à l’animalerie. Épileptiques s’abstenir.

À mi-chemin entre la folie, la galaxie et la drogue, il y a aussi ce sweat Asos qui est venu rejoindre ma pile d’achats e-nutiles. Attention, l’observation prolongée peut entrainer des dommages cérébraux irréversibles.

Et si un jour je deviens une crazy cat lady, j’espère avoir des conversations surréalistes avec un chat aussi crazy que moi. Cheshire ❤ forever.

CR is coming, et elle te le fait savoir

Et vas-y que ça continue de teaser dans tous les sens sur le CR Fashion Book.

Après les rumeurs, les infos sur les looks sortis des bureaux de presse, les premiers clichés, les behind-the-scenes, voici le GIF.

Oui, Carine l’a fait. Et pas du GIF poilant de geeky hipster en mal d’années 90. Non, là on part sur de l’ambiance mortuaire et de la chatte à l’air. Attends, tu croyais quoi? C’est pas parce qu’elle le sort en septembre son bouquin qu’elle va te faire une gentille série preppy-rentrée des classes la Carine.

Pour ceux qui se sentiraient un peu perdus sur le sujet CR, il faut d’abord resituer brièvement Carine Roitfeld, LA rédactrice de mode. Celle qui a tenu les rênes du Vogue Paris pendant près d’une décennie avant de s’en faire salement déboulonner par le DG de Condenast Xavier Romatet afin d’y placer son bon petit soldat Emmanuelle Alt, celle qui a réussi à associer les mots « porno » et « chic » dans un même concept et à en faire une tendance, celle qui nous a vendu Lara Stone comme « ronde » avec son bon 36, celle qui nous a laissé penser que sortir cul nu place de la Concorde, c’était tout à fait normal, tout comme de s’épiler l’entrejambe en forme de G par amour de Gucci (et non du point G comme on pourrait le penser). Voilà voilà, c’est elle.

Le CR Fashion Book, c’est la riposte de Carine, son petit Hiroshima. Et pourquoi brainstormer sur un nom pour ton canard quand tu peux sobrement l’intituler de tes initiales – que nul n’est censé ignorer donc (toute-puissance+mégalomanie) – suivi d’un tout aussi sobre « Fashion Book », « F » et « B » majuscules s’il vous plait, parce qu’on est pas là pour déconner.

Sachant désormais cela, il faut donc voir son Livre de Mode comme une sorte de Livre de la Jungle où Carine-Mowgli, aidée de ses amis Tom Ford/Bagheera et Mario Testino/Baloo, se bat pour survivre contre les maléfiques Xavier Romatet/Shere Khan et sa complice Emmanuelle Alt/Tabaqui.

Bon après, si tu n’as jamais lu ni Vogue, ni le Livre de la Jungle, je peux pas grand chose pour toi.

La jambe jungle

Pour ce premier « Danse avec les looks », mes petites jambes se sont trémoussées pour mon indispensable de l’été. Putain, j’ai tellement l’impression d’être une blogueuse quand je dis des trucs pareils… Ok donc, le pantalon tropical, on (oui, quand je parle mode, j’efface toujours le « je » de l’individualité au profit du « on » de la grande communauté des modeuses. Car l’avis d’une communauté pèse toujours plus que celle d’un individu isolé, surtout quand il s’agit de donner un avis tranché sur un imprimé, une hauteur de talon ou autre sujet sensible) le kiffe vraiment.

C’était pourtant pas gagné. C’est en effet très rare d’éprouver de l’amour pour un vêtement qui vous rajoute 2 kg à l’oeil (votre mère vous dira diplomatiquement qu’il ne vous « avantage pas ») quand on en a déjà 2 à perdre. Car on ne va pas se mentir, la grosse feuille d’hibiscus sur la cuisse, c’est un peu complexe. Mais bon, allez, on lâche quand même 30€ chez Zara, histoire de ne pas regretter d’avoir lâché plus dans cette tendance qu’on a 90% de chances de trouver improbablement cagole en 2013, et on bouge son pti tropicul!