Christmas wish list – Jour 2

Plutôt que de se déguiser en renne du Père Noël à l’aide du traditionnel serre-tête en feutre, qui contribue à te donner un air mi-attardé/ mi-niais, à l’instar de mademoiselle…

serre tête renne

tu préfèreras foncer sur la casquette de Cléa Lala bois de cerf (oui, ça va, cerf, renne, caribou, c’est la grande famille des cervidés), issue de sa collection Animosités, qui quant à elle, te donnera un air mi-hipster/ mi-chanmé.

clea lala cerf 2clea lala cerf

clea lala casquette cerf
©Jeremy Esteve

Le point Kinder

Manger le premier Kinder m’a très vite donné envie du deuxième. Je me suis donc, entre le 1er et le 2 décembre, acheté un paquet de Schokobons histoire de « tenir » entre chaque jour sans tricher. Ce qui, tu en conviendras, annule totalement le principe du Calendrier de l’Avent et le concept d’attente qui l’entoure. Et met en péril ta silhouette bien avant même le jour fatidique du 24/12. Surtout quand on les mange 10 par 10. J’ai donc finalement laissé le paquet de Schokobons à moitié mangé au fond d’un placard chez mes parents afin de ne pas succomber davantage à la tentation et me délivrer de tout mal.

Le Kinder Jour 2 était un tout petit oeuf. Riquiqui. Arrrgghhhh. Totalement hangry (état d’énervement provoqué par une insuffisance alimentaire).

Publicités

Merci Mamie, vieille bique

« Merci » et « Mamie » sont deux mots qui vont très bien ensemble. Parce que « Mamie » est généralement cette personne qui te fait de bons gâteaux/choucroute/pot-au-feu ou te donne un petit chèque quand tu passes la voir à l’aube de ton anniversaire. Alors, même si elle pique un peu, tu lui dis « Merci Mamie ».

Sauf que cette Mamie là, est moins Mamie Nova que Tatie Danielle. Elle traite de catin ou encore de salope sa petite fille (elle n’a qu’à pas porter une mini jupe léopard avec une fourrure aussi cette p***) et son petit fils de batard (en même temps, elle a sûrement raison là dessus, ils le sont tous un petit peu).

Et qu’est ce qu’on lui répond? Et bien encore « Merci Mamie », juste parce qu’on est poli, et parce qu’elle s’est quand même fait chier pour nous le dire en joli crochet, alors un peu de respect.

Merci Mamie, un projet crochetement incorrect dirigé par Keffer

Back to (s)cool

Rentrée 92: gilet Jacadi, cycliste DPAM, sneakers Bensimon et chaussettes à fleurs.
Rentrée 2012: Jacadi a dit oublie le gilet, combishort Lee, sneakers Vans et moral dans les chaussettes.
Rentrée 92: cartable Chevignon, trousse Creeks, crayon HB, corde à sauter et Babybel pour le gouter.
Rentrée 2012: sac en toile défraichi, trousse à maquillage H&M, rouge à lèvres MAC, corde à sauter les repas et chewing gum pour le gouter.

Il y a donc 2/3 petites choses qui ont changé. Mais si on y regarde de plus près, pas tant que ça. Ce n’est pas la photographe Irina Werning qui me contredirait avec sa géniale série Back to the future dont je me suis moi-même inspirée, parce qu’être blogueuse, c’est avant tout de l’égocentrisme. Beauté rebelle et jeunesse éternelle? Oui, ce sont les mots que tu cherches.

Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Marty Mc Fly a fait son grand retour vers le futur en l’an 2012. Il semblerait en effet que les barrières spatio-stylisto-temporelles aient fait preuve de pas mal de flex cette année. Donc si Marty peut faire des bons en avant, pourquoi ne pas en faire en arrière. Le col boutonné, la salopette courte, le velours côtelé, les nœuds dans les cheveux, le sac à dos… Tu parles d’une it list 2012, on y allait pourtant pas de notre plein gré en 92.

Et comme les rentrées n’ont plus la même saveur depuis qu’ont cessé les virées fournitures dans les allées du 6e étage du Printemps, je me suis donc adonnée à quelques régressions réjouissantes histoire de ne pas (totalement) aborder septembre à reculons.

En commençant par les billes en chocolat. Le petit écolier qui sommeille en moi (je parle autant de l’enfant que du biscuit) s’est roulé de joie dans la cour de récré à la découverte de cette merveille imaginée par le cacaoclaste Patrick Roger. Une idée folle qui va faire fureur à l’heure du quatre heure. Et parce qu’on s’est tapé des maux de ventre bien vénères à force d’en avaler, du chocolat et des billes, autant faire d’une bille deux coups.

Afin de pouvoir ranger son trésor, deux options. Les petits joueurs opteront pour le wristpack Imune (« banane de poignet »), l’authentique, dans son jus années 80. Toi aussi tu avais oublié l’existence de ce truc n’est ce pas?

Malgré une apparence rebutante au premier abord, tout en couleurs criardes et matière nylon, ce petit objet me fait pourtant furieusement envie. Le micro Tumblr ode aux 80’s de la marque nous ferait presque regretter la coupe mulet.

Les rois du boulard et les caïds du calot auront besoin d’un peu plus de place pour leur butin billesque. Ce n’est pas un problème, car grâce à la collection Wood Wood pour Eastpak, la banane redevient un mot acceptable en dehors du lexique culinaire.

Allez, avoue, toutes considérations hipsters mises de coté, tu ne te verrais y caler ton pti Iphone coque Game Boy et ton Balisto?

Force est de constater que parfois, ce n’est pas parce que l’on grandit que l’on vieillit. Ou l’inverse.

Quand le hipster te laisse de marbre

Foisonnance capillaire, attitude too cool for school, gueule de beau gosse, on est clairement en présence de hipster. Et si on a plutôt l’habitude de le voir trainer à l\Inconnu ou chez APC, c’est parce qu’ on traine trop là bas nous même. Il nous aurait suffit d’aller trainer nos running Nike au Louvre un peu plus souvent pour nous rendre compte que là aussi, il était partout. Ça n’a pas échappé au graphiste (ah ben tiens, il serait pas un peu hipster lui aussi?) Alexis Perasni en revanche, qui nous a emmené le greco-romain au dernier salon MAN histoire de le relooker un peu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est qu’il serait plutôt pas mal Jesus en Wrangler en plus. Je vais peut-être lâcher mes statuts pour m’intéresser aux statues moi…