Avec des citrons, on mettrait Paris en bouteille: la lemonade

Si je te dis « citron + eau », toi qui, chaque mois d’août depuis ta puberté, parcours avidement les Be, Biba, Bebapelola, à la recherche des « 32 secrets pour garder la ligne cet été », tu me réponds: detox/ bullshit de magazines féminin/ boisson préférée de Gisele Bundchen. Alors je t’arrête tout de suite. Le truc de l’eau chaude et du citron à jeun, déjà fait. Pas aimé. Pas aimé du tout même, mais je continuais, car oui, comme toi, j’avais le secret espoir de me muer en Gisele petit à petit grâce à cette potion magique. Jusqu’au jour où j’ai enfin trouvé à quoi ce petit goût acide, mi-âcre, mi-dégueu, me faisait penser. Et c’était à la BILE. Autant te dire que je suis vite retournée à mon Benco.

Non, là je vais te parler de citronnade. Du citron et de l’eau, mais pas que. Car la citronnade, où devrais-je dire “lemonade”, c’est surtout l’incarnation du cliché tradi-family américain, la boisson qui va de pair avec l’incontournable plâtrée de cookies afin de te souhaiter la bienvenue chez les Camden. Et nous on veut faire tout comme eux, on veut aussi 7 mouflets à la maison, un chien qui sert à rien, une clôture blanche autour du jardin et des discussions sur l’acceptation de son prochain au brunch dominical. Et savoir faire de la home made lemonade donc.

Tu vas par conséquent poser immédiatement cette bouteille de Pulco, l’industrie agro-alimentaire ça va 5 minutes hein, et vas aller me choper des citrons, du sucre, de la menthe fraîche et un presse-agrumes; si tu n’en as pas, ton bazar du coin, lui, en a, et ne te le vendra pas plus de 5 euros, alors vas-y, je t’attends.

C’est bon? Alors revenons à nos citrons. Dans un litre d’eau, tu mélanges le jus de 4/5 citrons avec du sucre en poudre (tu fais ça au goût, quand c’est bon pour toi, c’est bon pour moi) et des feuilles de menthe fraiche. Tu shake shake shake, ta bouteille, ton booty, on ne (se) secoue jamais assez, et ensuite BIM, au freezer une bonne vingtaine de minutes ou au fridge au moins 2 heures, pour laisser le temps à la menthe de diffuser ses arômes.  Et tu vas voir, les 37°C passent tellement mieux.

Tu peux aussi rajouter un trait (ou deux) d’alcool blanc là dedans, évite juste d’en re-servir à ton petit cousin de 3 ans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s